Je Parraine une ruche

Comme chaque année la possibilité de parrainer et recevoir les pots de miel que le parrainage aura permis de produire. Devenir parrain c’est participer au maintien de la biodiversité,

c’est s’engager pour la préservation des abeilles, c’est nous aider.


QUI SOMMES NOUS !

Apiculteur Naturelle depuis de nombreuses années  dans le Parc du Plessis de Chaudron-en-Mauges 49110 

Un château privé mais un parc ouvert à tous.

 

Histoire du Château ici

Le parc permet d'obtenir un miel exceptionnel et sauvages

le parc joue un rôle déterminant sur la bonne santé de mes Abeilles.

 Activité bénévole

Depuis 2014 je viens bénévolement faire partager ma passion

« le monde merveilleux des abeilles… », Auprès des résidents à l’atelier bois au

Village santé saint joseph Foyer occupationnel du VSSJ.

Ce travail demande une approche adaptée à la personne en situation de handicap avec des supports pédagogiques appropriés. 

Suivre l'avancement du Projet ici 

Mon Nouveau  projet

La distribution de miel pour des associations d'aides alimentaires 

(( Du bon miel pour tous))

Parrainer c'est nous aider pour ce projet.

 

Lire les avis ici 

Je Parraine une ruche

Parrainer une ruche, c'est agir concrètement avec un apiculteur Local 

1) La visite du Rucher  dans le Parc du Plessis de Chaudron-en-Mauges

    Un château privé mais un parc ouvert à tous.

2)  Miel exceptionnel et sauvages.

3) Le développement de nouvelles colonies.

4) Nous aider à réussir nos projets

5) La fourniture de pots de miel.

 

 

Livraison possible: Une participation aux frais de livraisons ( colis par la poste ) 

vous est demandée pour l'envoi de vos pots de miel.

Ou vos  petits Pots de  miel le jour de la visite a-partir de fin Mail à fin Juillet 2021

25,00 €

  • disponible

 

Nouveau parrainage de FB  le 14/11/2020  

Nouveau parrainage de Stéphane le 11/11/2020

Nouveau parrainage de Jocelyne le 06/11/2020

Que se passe-t-il dans la ruche en novembre ?

Avec des jours de plus en plus courts, la nature amorce son lent repos. Dans la ruche au mois de novembre, le froid s’installe. Partout, les colonies se resserrent en grappe. Lors de belles journées ensoleillées, quelques abeilles réalisent leur vol de propreté.

Sous les 10°, les abeilles, ont tendance à l’engourdissement, elles se mettent en grappe, pour se réchauffer, garder la reine à l’abri. Il n’est pas recommandé d’ouvrir sans rime ni raison, à fortiori, à cette époque pré-hivernale où le refroidissement de la colonie a des effets néfastes voire fatals. La reine a déjà considérablement réduit sa ponte. Les faux bourdons ont été chassés.

La colonie commence à vivre sur ses réserves, même si cette année octobre a été généralement doux et a vu l’abeille bien circuler, chargée, pour le moins, de pollen à défaut de nectar. Les floraisons sont quand même rares. Ne se manifeste bien que le néflier ou la fausse roquette, le lierre est épuisé. Les réserves alimentent et servent de combustible à la colonie ; il est indispensable qu’elles soient bien pourvues. Pour rappel, l’hiver nécessite une vingtaine de kilos de réserves. La surveillance alimentaire sera de mise. La pesée des ruches servira d’indicateur pour le nourrissement.

Pour l’apiculteur, les visites sont rapides, il ne doit pas déranger les colonies. Le temps est à l’entretien du matériel et à la préparation de la saison prochaine.

texte tiré du site icko blog 


Notre partenaire local

Parrainage Entreprise